Barcelone, une des scènes gays les plus fameuses en Europe, connaît également une situation épidémiologique chez les gays alarmante. 50 % des découvertes de contaminations dans cette ville concernent en effet les hommes gays. Cette situation ne dépend pas uniquement des comportements individuels mais également de l’importance de la charge virale au sein de cette communauté, due aux infections récentes. Cela signifie que même avec des prises de risques faibles, les cas de transmission peuvent rester très importants.

A Barcelone, il existe uniquement un centre de santé sexuelle, dans lequel beaucoup de HSH refusent de venir. Ils n’y trouvent pas l’écoute nécessaire, quand ils ne sont pas « victimes » de propos moralistes ou homophobes. Cela vous rappelle quelque chose ??

Face à ces constats, une association, « NOMS-Hispanosida » a décidé d’ouvrir, en 2006, un centre communautaire de dépistage rapide du VIH et de la syphilis pour les hommes gays : le BCN Checkpoint.

Tous les volontaires faisant les entretiens sont gays et la plupart sont séropositifs. Cela permet de créer un espace de dialogue et d’échange sur les pratiques, les perceptions du risque et la prévention, empathique et ouvert. Les volontaires de ce projet assurent une communication sur ce projet dans tous les lieux de vie gay de la ville.

Au total 938 gays ont fait un test de dépistage rapide. 37 d’entre eux étaient positifs (confirmation par Western Blott).

Les gays dépistés positifs bénéficient d’un soutien spécifique par leurs pairs et d’un rendez-vous dans un centre de soin. Ils peuvent entrer dans un autre programme, appelé INFOTRAT, qui a pour objectifs de faire se rencontrer des personnes dans la même situation et de favoriser les connaissances sur les traitements et l’observance.

Les gays séronégatifs reçoivent également un entretien afin de renforcer leurs comportements préventifs et sont invités à revenir tous les six mois. Voilà de quoi « décoiffer » un certain nombre personne travaillant dans les CDAG !!

Lors de ces entretiens le BCN Checkpoint travaillent aussi à la lutte contre la discrimination des personnes séropositives dans la communauté gay.

Alors, quels résultats de cette expérience ?

Les enquêtes de satisfaction montrent que les gays barcelonais acceptent très bien ce projet communautaire.

Les associations LGBT, le milieu commercial, la presse identitaire ont montré leur intérêt et leur soutien à ce projet.

Cette intervention peut contribuer à faire diminuer la « charge virale globale » de la communauté et donc faire diminuer le nombre de contamination.

Voilà de quoi nous donner de l’espoir pour nos projets similaires qui vont se mettre en place en 2009, à Paris, Marseille, Nice, Toulouse et Montpellier.

Pour plus d’infos : www.bcncheckpoint.com

David



One Response to “Un centre de dépistage communautaire gay à Barcelone”

  1. Vincent VIVET Says:

    David, merci de ce retour sur cette expérience réussie. Bon le site est uniquement en espagnol. Mais cela donne tout de même une bonne idée du projet et de sa réalisation.
    Bises à toute l’équipe
    Vincent V. (DD75)

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.