Archive for août, 2008

Cet article est protégé par mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :




Cet article est protégé par mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :




Cet article est protégé par mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :




Cet article est protégé par mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :




Cet article est protégé par mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :




 

Nous avons été invitées à une session organisée par l’ONUSIDA, la « global coalition on women and AIDS » et l’international Center for Research on Women (ICRW).

L’objectif était double : mettre en réseau les différents acteurs et dégager des initiatives concrètes sur la prise en compte des femmes dans la recherche. Une session originale qui se démarque de l’axe femmes et prévention majoritaire dans cette conférence !

 

- Point de départ sur l’état des lieux : d’où partons nous et où allons nous ? Un tour d’horizon a été fait sur les raisons historiques de la sous inclusion des femmes et sur les différentes réglementations et guides globaux de bonnes pratiques existants : une mise en perspective pour alimenter la réflexion sur les axes de travail et la direction à prendre.

 

Pour les chercheuses, cette recherche est une évidence. Non seulement d’un point de vue thématique (effets secondaires, impact sur les cycles hormonaux, traitements adaptés aux femmes enceintes, vieillissement, ostéoporose …) mais aussi d’un point de vue strictement scientifique. En effet, si nous partons du principe que les résultats de l’essai va être appliqué à toute la population, il faut que l’échantillon soit représentatif de celle-ci. Il faut également que l’essai soit construit dés le début en fonction des questions que nous nous posons concernant les besoins spécifiques des femmes.

 

- Deux chercheuses (Brésil et US) nous ont présenté leurs études observationnelles sur les femmes inclues dans les essais pour dégager les profils des participantes et analyser quels sont les facteurs qui peuvent freiner ou faciliter l intégration de celles-ci.

 

Si les chercheuses ont mesuré l’importance de la prise en compte de la communauté des femmes, c‘est la dernière prise de parole d’une jeune femme séropositive qui a recadré le débat en revendiquant une co-construction des essais (chercheurs ET femmes concernées). Les femmes séropositive ne sont pas là pour donner une sorte de label communautaire mais doivent être envisagées comme de véritables partenaires.

Affaire à suivre, nous avons pris contact pour pousser l’action plus loin et être force de proposition de sujets.

 

Graciela et Aurélie